L’échec ; votre meilleur ami.

L’échec ; votre meilleur ami.

L’échec…un mot qui fait si peur, qui donne des frissons et qui fait fuir beaucoup de gens.

Pourquoi ? Parce qu’on ne veut surtout pas échouer, on ne veut pas devoir subir le regard des autres, on ne veut pas devoir écouter nos amis nous dire “je t’avais dit”.

Rater quelque chose, c’est rater une partie de soi. Rater quelque chose, c’est honteux et gênant. Rater quelque chose, c’est donner un sujet de conversation à toutes les personnes qui nous ont dans le collimateur. Alors…ne ratez surtout rien.

Par contre, réussir c’est s’accomplir. Réussir, c’est gravir les échelons. Réussir, c’est devenir une meilleure version de soi-même. Alors surtout, réussissez tout dans votre vie. On a été éduqué ainsi, on a été conditionné pour adopter une culture de la réussite. C’est ainsi qu’on fonctionne.

Et si je vous disais que ce qu’on nous a appris était faux ? Et si je vous disais que la culture de l’échec permettait d’apprendre bien plus vite, de devenir meilleur, plus fort et plus confiant ?

Imaginez, vous êtes en plein cursus scolaire et attendez vos résultats aux examens semestriels. Le mail arrive, vous l’ouvrez et…apprenez que vous avez raté. Il va falloir redoubler l’année. Puis votre camarade de classe vous écrit pour savoir si vous avez réussi, que ressentez-vous ? Un peu de honte, une touche d’inconfiance et l’impression d’être moins talentueux que les autres. Le moral au plus bas, vous avez échoué. Ce mot apparaît en caractères majuscules et gras dans votre tête.

Et si finalement, c’était tout l’inverse ? Et si finalement ces résultats d’examens allaient pouvoir mettre le doigt sur les matières à retravailler ? Et si finalement ce redoublement allait vous permettre de renforcer vos connaissances dans certains domaines ? Et si finalement…il fallait tout simplement embrasser cet échec, en être même fier, parce qu’après tout le plus important ce n’est pas l’échec en lui-même, mais de s’en relever et d’en revenir plus fort ?

Personnellement, j’en ai fait mon meilleur ami. Je célèbre même chacun de mes échecs. Lorsque je rate quelque chose, je me réjouis déjà de l’apprentissage que je pourrai en tirer. En échouant, j’apprends dix fois plus vite qu’en réussissant. En échouant, je garde la tête sur les épaules. Et en échouant…j’en ressors plus fort. Lorsque je suis questionné sur un échec, je parle avec le plus grand des sourires des leçons que j’en ai tirées. Au fond de moi, j’éprouve même un certain plaisir à pouvoir partager ces informations !

Vous avez raté un entretien d’embauche ? Rappelez les RH pour savoir “pourquoi”. Apprenez de cet échec pour que votre prochain entretien soit mieux exécuté. Répétez, apprenez, et répétez jusqu’à réussir.

Vous avez planté votre startup et allez poser la faillite ? Soyez en fier. Lorsque vous rencontrerez d’autres entrepreneurs, vous leur direz avec fierté “j’ai foiré ma startup, je me relance dans une autre aventure avec des apprentissages hors-normes”. Parce que ces apprentissages valent de l’or, vous pourrez ainsi leur apporter votre aide !

Vous venez de perdre votre job ? Prenez une semaine de réflexion pour savoir le pourquoi du comment. Est-ce de votre faute ? Auriez-vous pu faire mieux ? Est-ce de la faute à votre employeur ? Comment pourriez-vous en tirer le plus de leçons pour en revenir meilleur ? Savourez ces instants, c’est à ce moment que la magie prend place.

J’aime bien dire que rien n’arrive par hasard, si il y’a échec c’est qu’il doit forcément y avoir apprentissage.

Lors d’un voyage à Stanford, un étudiant avec qui je discutais m’a posé des questions à propos des mes startups. Il m’a demandé “Combien de startups as-tu foiré ? Ici, c’est comme ça qu’on évalue un entrepreneur.” A méditer…

À quoi ressemblerait notre avenir si nous prenions l’habitude d’apprécier et de ne pas appréhender les échecs ? Moins de critiques, moins de regards pesants, moins de peurs. Beaucoup d’entre nous se retienne par crainte d’échouer, par crainte de devoir remettre en question sa personnalité.

N’ayons plus peur d’étaler nos échecs, n’ayons plus peur de devoir y faire face ; adoptons même une culture de l’échec. #Failingislearning (cliquez pour un Tweet)

N’hésitez pas à faire circuler ce message en le partageant !

Continuons la discussion sur Twitter / Instagram

Leave a Reply

*